Cameroun : Débarrasser le Wouri des déchets plastiques

Pour lutter contre la pollution marine par le plastique, une opération de collecte des déchets a été organisée sur les berges du fleuve vendredi 07 juin 2019.

Bottes aux pieds, chasubles sur les torses et gants aux mains. Les jeunes hommes et femmes mobilisés ce vendredi 07 juin 2019 sur les berges du fleuve Wouri à Douala sont prêts pour accomplir la mission du jour. Ils doivent débarrasser les bordures du fleuve de tous les déchets plastiques.

Après les consignes de sécurité, la délégation se déploie en trois différents groupes. Deux premiers groupes se chargent de la collecte des plastiques. Un autre détachement s’occupe du volet sensibilisation. Les bénévoles s’entretiennent avec les riverains et distribuent des dépliants qui invitent à promouvoir le geste écolo vis-à-vis de l’environnement.

Une fois les déchets plastiques retirés du rivage du fleuve, ils sont rangés dans des Big Bag et pesés. Ils sont ensuite entreposés dans les camions de Namé Recycling, l’entreprise qui se chargera de leur revalorisation. Les employés de la société de ramassage des ordures ménagères, Hysacam, emportent tous les autres déchets solides collectés par les bénévoles à la décharge. L’activité de sensibilisation et de collecte des déchets plastiques sur les berges du Wouri entamée vers 7h30 min a duré près de trois heures. Elle a mobilisé plus de 50 bénévoles.

La pollution marine

Cette opération ponctuelle sur les berges du Wouri a été  organisée par le Groupe Sabc (Société anonyme des brasseries du Cameroun) et Nestlé Cameroun, à l’occasion de la  célébration  couplée  de  la  journée  mondiale  de  l’Environnement  et  de  la  journée  mondiale  de  l’Océan qui  se  célèbrent respectivement les 5 et 8 Juin 2019. L’objectif de cette initiative, selon les deux entreprises agro-alimentaires, est de lutter contre la pollution marine par le plastique.

«Les plastiques sont des déchets très dangereux. Il faut éviter de jeter les déchets dans les eaux, surtout le plastique. L’environnement c’est une richesse qu’il faut préserver », relève Robert Helou, l’administrateur général de Nestlé Cameroun.

Il a également pris part à l’opération de collecte des déchets plastiques sur les berges du Wouri, aux côtés du directeur général du Groupe Sabc, Emmanuel De Tailly.

Plus de plastiques que de poissons

D’après les statistiques, la pollution plastique se pose de plus en plus comme un véritable cancer pour l’environnement. Un rapport de WWF intitulé «pollution plastique : A qui la faute ? » de mars 2019 relève que si rien n’est fait, la production mondiale des déchets plastiques pourrait augmenter de 41% d’ici 2030 et la quantité accumulée dans l’océan pourrait doubler d’ici 2030 et atteindre 300 millions de tonnes.

Les chercheurs engagés dans la thématiques du réchauffement planétaire scandent justement à ce propos depuis quelques années déjà que :

«Si rien n’est fait d’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans ».

Les conséquences iraient alors de la disparition de certaines aquatiques à de répercutions beaucoup plus grandes sur la santé humaine. Pour Emmanuel De Tailly, le directeur général du Groupe Sabc, l’environnement est un enjeu planétaire et l’océan est le dernier milieu à préserver.

Des engagements

«75% de la planète ce sont les océans. Tout ce que nous rejetons se retrouvent dans les océans. Protéger les océans commence par le nettoyage des ordures au sol. C’est un enjeu environnemental, mais c’est aussi un enjeu de santé. Il faut aussi éduquer les consommateurs à ne pas jeter leurs emballages plastiques», a indiqué le Dg du Groupe Sabc.

Emmanuel De Tailly fait savoir que son groupe participe à la lutte en collectant 18 millions de bouteilles plastiques chaque année avec le partenariat de Namé Recycling. Plusieurs autres actions sont entreprises dans ce sens. A Nestlé Cameroun, un autre grand producteur d’emballages plastiques comme le Groupe Sabc, l’on fait savoir que l’entreprise a pris l’engagement de rendre ses emballages 100% réutilisables et recyclables d’ici 2025 pour lutter contre la pollution plastique.

Mathias Mouendé Ngamo

(Visited 140 times, 1 visits today)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *